1881 – Villa Leo

D’après un courrier de Léon Garet on sait que Mr Duboc n’était pas tout-à-fait le premier habitant de Paris-Plage ; la maison de brique à côté, construite en 1881, fut, en effet, habité par Vadunthun, cafetier à Étaples-sur-Mer, qui y tint un café-buvette pendant un an pour les ouvriers du chemin, et qui fut remplacé par Jules Hue, le premier garde de Paris-Plage.

La buvette-cantine était en ce moment transférée chez Mr Duboc, et la maison de brique n’était donc plus qu’une de maison. Mr Vadunthun faisait en même temps le louage de voitures d’Étaples-sur-Mer à Paris-Plage, et que son cocher pour ce service fut Eugène Lardé, ouvrier peintre à Paris-Plage et Étaples-sur-Mer.

La maison de garde fut plus tard habitée par un ancien douanier, Mr Roberval, qui y arriva le 29 juin 1886, comme intermédiaire pour la vente de terrains et la location des chalets.

Elle est devenue la villa Léo lorsqu’Eugène Chigot l’achète en 1897 et la transforme. Il la revend en 1898, puis elle est revendue en 1903. En 1933 elle appartient à Mme Wengel, propriétaire de la Villa St Josse (ex Chalet Germaine : angle rue de Paris et Léon Garet).

La statue qui trône est celle de Saint Adrien de Nicodémie officier romain martyrisé en – 290 après sa conversion au christianisme. L’épée et l’enclume font allusion à la manière de sa mort: ses mains ont été coupées et ses jambes brisées sur une enclume. Le lion à ses pieds est le lion qui par légende a refusé de l’attaquer.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s